Les personnes âgées :

Dès le début de l’épidémie, le Haut Comité de Santé Publique indiquait que les personnes âgées semblaient être les plus touchées par le virus du Covid 19.

Dès le début du confinement il aurait été utile de :

– mettre en place la prise de contacts téléphoniques par les services du CCAS avec les personnes répertoriées dans le cadre du plan canicule. Cette prise de contact aurait permis à certaines personnes âgées d’avoir un lien, lien qui a tant fait défaut et qui a provoqué et provoquera des dommages psycho-sociaux importants.

– faire reprendre les listes électorales par les agents municipaux afin que les agents du service social du CCAS prennent contact avec les personnes âgées de plus de 65 ans (âge à prendre en compte selon le Haut Comité de Santé Publique) afin d’évaluer leur situation et mettre en place un plan d’action.

– procéder à l’acquisition de tablettes numériques pour les résidents des trois établissements pour personnes âgées de la commune qui pouvaient ainsi, avec l’aide du personnel, maintenir le lien avec leur famille dans cette période de confinement via des conventions.

– mettre à disposition du personnel de soins infirmiers à domicile quelques tablettes afin d’offrir le même service aux seniors confinés chez eux et qui n’ont pas la chance de pouvoir communiquer via internet avec leurs proches parfois très éloignés.

Les ménages vulnérables

Selon Oxfam : « cette crise agit comme un miroir grossissant des inégalités économiques ».

En effet, les arrêts de travail contraints et le chômage partiel ont provoqué de graves difficultés pour toutes les personnes qui perçoivent de faibles salaires ou qui sont en contrats précaires.

Les contraintes que subissent les familles, surtout celles qui vivent en quarantaine ou confinées, les préoccupations médicales et financières augmentent l’incidence des violences domestiques.

Pour toutes ces raisons, il aurait été utile de :

– demander aux travailleurs sociaux de la commune de prendre contact avec les ménages connus du service afin d’évaluer leur situation et de mettre en place un plan d’action en partenariat si besoin  avec les services départementaux.

– mettre en place une aide alimentaire pour  les familles bénéficiant de tarifs sociaux pour la restauration scolaire

– distribuer du dépannage alimentaire de base (sandwich et bouteille d’eau) aux personnes sans domicile fixe de la commune

– maintenir  l’ouverture de l’accueil de jour car comment demander à des personnes vivant à la rue sans accès à l’eau de se laver régulièrement les mains ?

 

Voici quelques exemples de ce qui aurait pu être mis en place pendant les 2 mois de confinement. Pendant que d’aucuns s’essaient aux challenges sportifs et que d’autres offrent médiatiquement la vision du pater familia, nous réfléchissons et de privilégions les actions pour la population dans le respect des valeurs de solidarité et d’humanisme qui sont celles de notre liste.

Isabelle Renard

Isabelle RENARD